Jacques Villeglé

Jacques Villeglé

Jacques Villeglé, né à Quimper en 1926, a commencé en 1947, à Saint-Malo, une collecte d’objets trouvés : fils d’acier, déchets du mur de l’Atlantique… En 1949, il limite son comportement appropriatif aux seules affiches lacérées. Juin 1953, publication de Hepérile éclaté,  poème phonétique de Camille Bryen rendu illisible à travers les trames de verre cannelé de son partenaire intellectuel Raymond Hains. Février 1954, le poète lettriste François Dufrêne les présente à Yves Klein, puis à Jean Tinguely et Pierre Restany, avec lesquels sera constitué, en avril 1960, à Milan, le groupe des Nouveaux Réalistes, après leur participation commune à la première Biennale des jeunes de Paris d’octobre 1959.

Au préalable, en 1958, Villeglé avait rédigé une mise au point sur les affiches lacérées intitulée Des réalités collectives, préfiguration du manifeste des Nouveaux Réalistes d’avril 1960. En 1959, il avait créé l’entité Lacéré anonyme.

Releveur de traces de civilisation, et plus particulièrement lorsqu’elles sont anonymes, il a réuni à partir de 1969 un alphabet sociopolitique en hommage au Professeur S. Tchakhotine, auteur en 1939 de le Viol des foules par la propagande politique. Une première exposition rétrospective consacrée aux graphismes sociopolitiques a été organisée par le musée Sainte-Croix de Poitiers en 2003.

En 2006, Jacques Villeglé entreprend un travail de sculpture s’attaquant à des techniques traditionnelles (bronze, verre) comme à des techniques industrielles (acier corten, inox poli miroir, fonte).

Depuis 1957 l’œuvre de Villeglé a fait l’objet de près de 250 expositions personnelles dans quatre continents, et a participé à des manifestations collectives dans les cinq continents. Ses œuvres ont été acquises par les plus importants musées européens, américains et du Moyen-Orient.

Plusieurs monographies lui ont été consacrées : Bernard Lamarche-Vadel (Marval, 1990), Odile Felgine (Ides et Calendes, 2001), Gérard Durozoi (Hazan, 2008). À paraître en 2018 : Alain Borer (Modernism, San Francisco) et Barnaby Conrad (Inkshares). En 2007, les éditions Linda & Guy Pieters ont publié une importante biographie par Odile Felgine préfacée par Arnaud Labelle-Rojoux. En 2013, les éditions Filigranes ont édité un livre réunissant 25 ans de portraits par François Poivret.

En 2005, l’ensemble de ses écrits est édité par Transéditions, Paris. En 2007, à l’occasion de la présentation de sa collection dans son musée de Hanovre, Ahlers Pro Arte fait paraître leur traduction en allemand. En 2012, Martin Muller Books de San Francisco publie une large sélection de chapitres en anglais. En 2013 Petit vocabulaire (interview par Odile Felgine) paraît chez Jean-Pierre Huguet.

Depuis 1988 huit des dix-neuf volumes du catalogue thématique et exhaustif de ses affiches lacérées ont été édités.

Jacques Villeglé est représenté en France par la galerie Georges-Philippe & Nathalie Vallois qui a entamé en 1999 un cycle d’expositions reprenant successivement les thèmes ds catalogues raisonnés de Jacques Villeglé, neuf expositions ont déjà eu lieu.

Publicités